Manif : La solidarité avec la Palestine en trois lettres : B. D. S.

9 août 2016 | Posté dans BDS, Boycott, Palestine, Tadamon!, Impérialisme, Solidarité
Share

tadamonBDSdemo

    Vendredi 12 août à 20h
    Place Pasteur
    1430 rue Saint-Denis
    (Metro Berri-UQAM)
    événement facebook

Depuis plus de 80 ans et la révolte arabe de 1936 en Palestine, le peuple palestinien lutte contre l’accaparement de ses terres dans le cadre du projet colonial sioniste ayant commencé avant même le Mandat britannique sur le territoire palestinien. Depuis la « Nakba » (la Catastrophe) de 1948, le saccage, l’exploitation et le contrôle de la Palestine par l’État d’Israël représente l’un des cas les plus récents du colonialisme occidental sur une terre autochtone.

L’expansionnisme israélien, malgré que le fait qu’il soit condamné par la « communauté internationale » pour son illégalité, notamment au sein de l’Organisation des Nations Unies, se poursuit au grè de violents bombardements sur des quartiers civils, de déplacements forcés de la population palestinienne, de contrôles à répétions, de détentions, d’emprisonnements et d’assassinats — faisant ainsi d’Israël un « éternel dissident » en matière de droits humains.

Aujourd’hui, alors que la moitié des Palestinien.ne.s vivent toujours en exil, l’autre moitié subit sur une base quotidienne de l’intimidation, du harcèlement, de la discrimination et de la violence physique et psychologique sur sa propre terre. Gaza, symbole de la résistance palestinienne, est désormais une prison à ciel ouvert pour ceux et celles qui y vivent. Malgré tout, la lutte palestinienne continue et des Palestiniennes et des Palestiniens sont assassiné.e.s tous les jours..

Des peuples unis, jamais ne seront vaincus

Compte tenu de la complicité de nombreux gouvernements avec l’État d’Israël, au premier rang desquels on compte le Canada [1], la solidarité avec la lutte du peuple palestinien est à l’avant-poste de tous les combats contre l’impérialisme, et visant à défendre la justice dans le monde. Cette solidarité internationale prend des formes différentes, dont certaines sont dictées par les Palestinien.ne.s eux/elles-mêmes.

En l’espèce, la campagne de Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS) se démarque par son origine citoyenne. Ainsi, cet appel international de la société civile palestinienne demande la fin de l’occupation et de la colonisation des terres palestiniennes, le démantèlement du Mur et la levée du blocus de Gaza, l’égalité complète pour les citoyennes et citoyens arabo-palestiniens d’Israël et le respect du droit au retour des réfugié.e.s palestiniens. Depuis dix ans, la campagne BDS s’est progressivement étendue, a connu beaucoup de succès, et commence à être considérée comme une menace sérieuse par les stratèges sionistes et leurs allié.e.s.

Précisément à cause de ce succès témoignant surtout d’une volonté des citoyennes et des citoyens de s’unir contre ce qui est désormais un État d’apartheid, la contre-attaque a commencé. En France des militant.e.s sont traduit.e.s en justice, aux États-Unis et en Grande Bretagne des organisations sont visées par des coupes budgétaires, alors qu’au Canada le Parlement a récemment voté une motion contre la campagne BDS. Ces diverses actions sont orientées vers un même objectif, clair et sans précédent : faire reculer le support grandissant envers la campagne BDS par une criminalisation des organisations et des individus qui la soutiennent.

Le premier Forum social mondial du « Nord » rejette le BDS

En 2012, une édition spéciale du Forum social mondial (FSM) consacrée à la Palestine, au Brésil, appelait «au renforcement de la solidarité et au boycott contre l’État d’apartheid». Pourtant, et ce malgré une volonté de la base militante, quatre ans plus tard, le premier Forum social mondial du « Nord » refuse de respecter l’appel au BDS. Nous regrettons et condamnons fermement cette position.

Alors que l’édition 2016 du FSM se déroule dans un autre État colonial, il est essentiel de s’assurer que les espaces militants altermondialistes soient réellement « sans Apartheid », c’est-à-dire sans produits israéliens, sans entreprises ciblées par la campagne BDS et sans organisations israéliennes qui ne seraient pas explicitement anticoloniales. Une position toute autre — celle, par exemple, d’une supposée « neutralité politique » de ce rassemblement — correspond en fait à un refus de répondre favorablement à l’appel du peuple palestinien.

Il est également essentiel que le Comité international du FSM s’engage à adopter les principes de la campagne BDS, en solidarité avec la lutte du peuple palestinien jusqu’à l’atteinte des objectifs fixés par les Palestiniennes et les Palestiniens lors du lancement de la campagne.

C’est dans cet esprit que nous invitons toutes les personnes opposées à l’impérialisme occidental et éprises de justice sociale, de l’Île de la Tortue jusqu’en Palestine, à défiler dans les rues de Montréal pour exprimer cette solidarité avec la Palestine et tous les peuples autochtones. Crions-le à nouveau : Palestine vivra, Palestine vaincra!

[1] Rappelons ainsi que la majorité des grands partis fédéraux ont soutenu et continue de soutenir Israël dans son expansion, soit directement ou indirectement.

Laissez un commentaire

Événements à venir

Recherche