Le Devoir: U.S. Attempt for Hegemony in the Middle East

July 24th, 2007 | Posted in Hezbollah, Iran, Corporate Media, Politics
Share

    Édition du mardi 24 juillet 2007. Hoda Asmar, Historienne.
    Membre de Tadamon! Montreal.

510906359_20e0eaa55e.jpg

    Photo: U.S. military unit near Safwan Hill, Iraq
    during the U.S. military invasion of 2003.

    Réponse à la libre opinion du consul général d’Israël,
    «La tentative iranienne d’exercer une hégémonie régionale au Moyen-Orient».

Le 20 juillet, dans les colonnes du Devoir, M. Attali, consul général d’Israël à Montréal, pose la question suivante: «Quel est le point commun entre les nombreuses turbulences que traverse le Moyen-Orient actuellement, qu’il s’agisse de la prise de contrôle de la bande de Gaza par le Hamas, de la lutte pour le pouvoir du Hezbollah au Liban, de l’agitation qui secoue l’Irak ou de l’acquisition prochaine de l’arme nucléaire par une dictature radicale? La réponse est l’Iran.» En réalité, cette réponse serait plutôt: les États-Unis. Lorsqu’on connaît les projets américains de «nouveau Moyen-Orient», agiter la «menace iranienne» constitue une stratégie de diversion qui ne résiste pas à l’examen des faits.

Premièrement, l’Iran n’est pas responsable de l’attaque américaine en Irak. Rappelons que, après la Révolution islamique de 1979, celle-ci risquant de se répandre à l’Irak, Saddam Hussein avait lancé une guerre sanglante contre le nouveau régime iranien. La guerre Iran-Irak, qui a duré huit ans (1980-1988) et a fait environ un million de morts, a été soutenue par les puissances occidentales, États-Unis en tête, qui armaient sans vergogne le régime dictatorial d’un Saddam qu’ils anéantiront un peu plus tard… Que le régime iranien, en tant que voisin, joue un rôle dans la guerre en Irak est une évidence, mais dire que «l’agitation» (qualifier 650 000 morts irakiens «d’agitation» est quelque peu troublant) vient de l’Iran ajoute la désinformation à l’euphémisme. Rappelons encore une fois que ce sont les États-Unis de Georges Bush avec leurs alliés qui ont attaqué l’Irak sous le prétexte de la présence menaçante d’armes de destruction massive (qui n’existaient pas, faut-il également le rappeler?).

Deuxièmement, les conflits qui secouent la Palestine actuellement sont, là encore, liés aux États-Unis (et bien évidemment à Israël). Lors d’élections reconnues comme démocratiques par la communauté internationale en janvier 2006, le Hamas a obtenu la majorité des suffrages dans les territoires palestiniens toujours occupés par Israël. Ouvertement, les États-Unis ont fait savoir qu’ils ne reconnaîtraient que le Fatah (le parti minoritaire) et qu’ils continueraient à le soutenir (comme ils avaient financé sa campagne électorale). Et si de nombreux Palestiniens ont voté pour le Hamas, c’est également pour exprimer leur opposition à cette ingérence impérialiste étrangère (étant donné leur histoire, les Palestiniens peuvent difficilement voter pour un parti soutenu par les Américains…).

Troisièmement, le Hezbollah. Là encore, le consul d’Israël réécrit l’histoire: «L’agression du Hezbollah contre Israël en 2006 a provoqué un affrontement majeur. Sans l’appui logistique et idéologique de l’Iran, jamais le Hezbollah n’aurait osé cette confrontation voulue par Téhéran.» Monsieur le consul ignore-t-il que son propre premier ministre, Éhoud Olmert, a reconnu publiquement que la guerre, déclenchée par Israël, était planifiée depuis des mois? Devant une commission d’enquête officielle, M. Olmert a affirmé que sa décision de riposter à l’enlèvement de soldats par une vaste opération militaire a été prise dès mars 2006, quatre mois avant que n’éclate la guerre au Liban (Haaretz, 8 mars 2007). Alors que les Libanais commémoraient ce 12 juillet le premier anniversaire du début de cette attaque israélienne qui a fait plus de 1100 morts civils (dont un tiers d’enfants) côté libanais, alors qu’Israël poursuit des exactions quotidiennes en Palestine et continue à construire un mur de la honte au mépris de toutes les résolutions internationales, accuser l’Iran d’être l’instigateur d’une «agression» contre Israël est un peu fort!

En outre, le consul d’Israël accuse le Hezbollah de vouloir «prendre le contrôle du Liban». En réalité, les élus du Hezbollah (parti politique légitime au Liban, qui participe aux élections) se sont retirés du gouvernement pour réclamer davantage de représentativité. Depuis la fin 2006, ils n’ont donc plus aucun portefeuille ministériel et ont rejoint l’opposition (composée d’une dizaine de partis) qui réclame (pacifiquement) des changements politiques. La coalition restée au pouvoir, soutenue là encore par les États-Unis et les puissances occidentales, continue donc de diriger le pays. Dans les faits, bien que le Hezbollah soit en partie financé par l’Iran, affirmer qu’il tente de «prendre le contrôle du Liban» est totalement infondé (il n’y a eu ni coup d’État ni agression interne qui puisse être attribuée au Hezbollah dans cette bataille politique).

Il est évident que l’Iran joue un rôle majeur dans la politique au Moyen-Orient. C’est un grand pays, une puissance régionale et, en effet, un régime contestable pour de nombreux aspects de ses politiques intérieures et extérieures. Néanmoins, les puissances qui sont responsables, dans les faits, de déstabiliser la région sont les États-Unis et Israël (guerres contre l’Irak et l’Afghanistan, attaques militaires contre le Liban et occupation des territoires palestiniens). En outre, venant de représentants politiques israéliens dont l’État a mis en place une politique d’apartheid, qui ne se cache plus de posséder l’arme nucléaire, qui est accusé de crimes de guerre par de nombreuses enquêtes au Liban comme en Palestine et qui viole plus de 70 résolutions onusiennes, ces accusations contre «l’axe du mal iranien» font grincer des dents.

Le soutien inconditionnel des États-Unis à Israël n’est un secret pour personne, et les visées américaines au Moyen-Orient non plus. Ces discours de diabolisation de l’Iran sont particulièrement dangereux car ils préparent le terrain à une future attaque contre ce pays, attaque dont les conséquences cette fois ne seront pas régionales mais bien mondiales. Le fait que les néoconservateurs américains ne semblent pas exclure une guerre contre l’Iran, que le régime israélien pourrait encourager, constitue la réelle menace qui pèse aujourd’hui sur le Moyen-Orient.

1 Comment »

Ils veulent que l’iran produise des tapis et des dattes et qu’il reste arrièré comme les pays arabes amis des état-unis en dépendat seulement du pétrol pour les uns et du tourisme pour les autres. Seul l’homme blanc peut aller sur la lune, les autres peuvent toujours la regarder !

Comment by noname — October 17th, 2007 @ 4:38 PM

Leave a comment

Upcoming events

Search